Par expérience, je peux dire que la notion de difficulté  de réaliser une action , un changement, vient de notre tête (notre intelligence) : nous essayons d’imaginer ce que sera l’après et la peur, l’inquiétude de la perte de ce que nous avons et l’ignorance de ce que nous aurons ,nous bloque : quel tort ! On s’en rend compte après.

Tous, nous avons expérimenté cette situation : oser enfin faire (avoir le courage) pour se dire ensuite : « ce n’était vraiment pas difficile ; qu’est-ce que j’ai perdu comme temps !! »

Juste deux versets pour aujourdhui!la réaction de Caïn

v.6 et 7 : irrité = charah = avoir chaud, brûler, furieux, s’enflammer

Ce terme contient toute la violence de la réaction de Caïn ;

combien de fois cela nous est-il arrivé ? Partir au quart de tour, et la colère monte jusqu’à nous étouffer !

 

Face à cette colère, Dieu propose un choix :

  • Agir bien et se relever

ou bien

  • Agir mal et laisser entrer : colère, perte de contrôle, souffrance…….

….c’est à toi de dominer sur lui (le péché)…. Les paroles de Dieu sont sans équivoques : nous avons notre liberté de choix, il n’agira pas à notre place !

Nous devons savoir que « …le péché est couché à la porte et ses désirs se portent vers toi… » : les mauvais choix, les doutes, les pensées nocives, les désirs malsains….sont là, juste à l’entrée, et attendent une toute petite ouverture pour entrer en nous.

Nous avons des points faibles (des failles) : il est INDISPENSABLE de les reconnaître (= identifier quelque chose, le nommer en fonction d’un caractère donné – accepter quelque chose, le tenir pour vrai ou réel, l’admettre, le constater) afin de nous protéger, car c’est par là que nous sommes « pris » ;

-       Un tempérament impulsif entraîne une rapidité de réactions irréfléchies, parfois violentes qui, elles,  souvent,génèrent des REGRETS (donc : souffrance)

-       Amour-propre (= orgueil) entraîne de  nombreuses blessures qui, elles-même,entraînent des  réactions plus ou moins violentes, envie de vengeance, de blesser en retour

Toutes ces failles en nous cachent un manque : d’assurance, de confiance, mais surtout d’AMOUR

Toutes ces failles non reconnues par nous (niées, occultées) ne pourront être maîtrisées, nous entraîneront dans:

  • un engrenage de doutes, de malaises, de souffrances….
  • mobiliseront notre esprit et nos forces pour les enfouir, ne pas les voir (parce qu’elles sont laides et que, par conséquent, il nous faudrait nous reconnaître comme « laids » !)
  • nous pousseront à  rechercher sans cesse des choses pour nous étourdir, pour combler notre fort sentiment d’insatisfaction.

« ….c’est à toi de dominer sur lui (le péché)… » : c’est notre responsabilité (= nécessité morale de se porter garant de ses actions), notre LIBERTE (= se déterminer en dehors de toute pression – possibilité d’agir selon ses propres choix)

[Dominer = mashal = gouverner, avoir l’autorité, la domination, régner] nous avons le pouvoir de contrôle, de décision.

Bien sûr, nous allons flancher, mais le malaise ne s’installera pas si, dès le départ (et parce que nous aurons identifié nos points faibles), nous RECONNAISSONS que nous dévions, si nous faisons taire notre ORGUEIL pour demander pardon ; là, nous pourrons sans efforts, reprendre la bonne route, celle pour laquelle nous sommes là : la route du bien,de la sérénité, de la PAIX: la route de Dieu