En continuant ma lecture, j'ai eu l'envie, le besoin de retourner sur la descendance de Caïn.

C'est ce que je vous livre aujourd'hui.

Au verset 15 du chapitre 4

« L'Eternel lui dit : « Si quelqu'un tue Caïn, Caïn sera vengé sept fois » et l'Eternel mit un signe sur Caïn afin que ceux qui le trouveraient ne le tuent pas. », nous voyons que Dieu « protège » Caïn malgré son choix de rupture: v.16 « Caïn s'éloigna de l'Eternel et habita le pays de Nod, à l'est d'Eden »

  • ·         Nod = nowd = exil, fuite – errance, vagabondage avec notion de souffrance
  • ·         Eden = plaisir, délice, parure, luxe

Le jardin d’Eden n’est pas situable physiquement, géographiquement : peu importe où  il se trouve exactement ; l’important est que Caïn passe d’un endroit agréable, paisible, à l’exil dans l’inconnu, seul avec sa compagne, sans l’amour de ses parents, sans leur protection, sans l’Amour de Dieu. (Cet amour, il existe : mais Caïn ne peut le recevoir à cause de son exil, de SON choix de rupture)

Lorsque nous quittons Dieu, nous faisons comme Caïn : nous nous exilons, nous nous isolons, nous quittons la paix, la joie, le bonheur.

Ce n’est pas Dieu qui nous enlève Sa protection, Son amour : c’est nous-mêmes ! DIEU DONNE SON AMOUR : A L’HOMME DE LE RECEVOIR !

Caïn peuplera la terre à l’est d’Eden (gen.1 :28  …« Reproduisez-vous, devenez nombreux, remplissez la terre et soumettez-la ! …»)

 

Les descendants de Caïn :

La bible ne s’attarde pas sur les descendants de Caïn, v.18 à 24 ;

les générations :

  1. 1.    Hénoc = chanowk = dédié, initié, consacré – vient de chanak = entrainer, inaugurer
  2. 2.    Irad = lyrad = rapide
  3. 3.    Mehujaël = mechwya’el = frappé par Dieu – vient de :  a) Machah = essuyer, nettoyer- effacer, exterminer b) El = Dieu – comme Dieu – puissant
  4. 4.    Metushaël = methwusha’el = homme de Dieu – vient de math =  gens, peu nombreux
  5. 5.    Lemec = lemek = puissant

a.    Lemec inaugure la polygamie : 2 femmes

Ada = parure, beauté – orner, se parer, ôter, passer

Tsillah =  ombre (idée de protection, du caractère temporaire de la vie)

b.    Les enfants :

Jabal = yabal = « le courant de l’eau » - ce qui irrigue

Ancêtre des nomades éleveurs

Tubal-Caïn = tuwbal Qayin = « tu seras apporté de Caïn » - « coulant de Caïn »-:

artisan, forgeron

Jubal = yuwbal = « courant d’eau », « joyeux, qui joue »

Inventeur des instruments de musique

Vient (comme jubal et tubal) de yabal = passer, échapper, présenter, introduire, apporter, conduire

Naama = na ‘amah = agréable, douceur, charme

Outrecuidance, insolence, orgueil de Lémec qui semble se croire bien plus puissant que Caïn v .23/24 «  Lémec dit à ses femmes : « Ada et Tsilla, écoutez-moi, femmes de Lémec, prêtez attention à ce que je dis ! C’est que j'ai tué un homme pour ma blessure et un enfant pour ma contusion. Si Caïn est vengé 7 fois, Lémec le sera 77 fois. » Le meurtre, la guerre( ?) sont là

 

 

Avec Caïn, l’humanité continue à se développer et à « remplir » la terre, mais Dieu n’a plus la première place. Caïn, exilé, en rupture, n’a sûrement pas transmis l’héritage de Dieu.

 Lémec  nous donne quelques précisions :

-       il introduit la polygamie en méprisant la volonté de Dieu : v. 24 de gen. 2  « C'est pourquoi l'homme quittera son père et sa mère et s'attachera à sa femme, et ils ne feront qu’un. »

-       la vengeance apparaît : un homme pour ma blessure et un enfant pour ma contusion ; tuer devient valorisant pour l’homme

-       la provocation envers Dieu lui-même : je serai vengé bien plus que Dieu ne l’a promis pour Caïn !

On voit que sans Dieu, l’Homme se précipite dans la transgression et la violence, l’orgueil, l’ambition dirige l’humanité. Toutes ces choses ne peuvent aller avec la paix, la joie, le bonheur : elles sont incompatibles !

En ayant acquis la connaissance du bien et du mal, l’être humain a fait entré le mal en lui, voilà de quoi Dieu voulait le préserver !

Le mal ne vous lâche jamais : il s’insinue et arrive souvent à dénaturer même les plus belles choses comme l’amour avec l’envie, la jalousie….

L’homme, à l’instar de Lémec, se dresse souvent devant Dieu, comme voulant se mesurer à Lui,  rejetant Son autorité. Comme si c’était Lui son ennemi !

 

La lignée des Hommes sans Dieu, loin de Dieu de part leur propre choix, voit le jour.