Me revoici, après quelques vacances, et j'ai envie de vous parler de vieux: ce doit être l'effet du "grand âge" , mais en ce moment, autour de moi, beaucoup de personnes sont confrontées au "mal vieillir" et l'histoire que j'essaie de vous raconter synthétise un  peu toutes ces situations.

       Deux personnes se rencontrent; très différentes l'une de l'autre (culture, monde, éducation, origine géographique...); toutes deux très "joli(e)s" et aussi très timides; toutes deux avec des parcours forts douloureux, héritage des ancêtres , familiaux, éducationnels (?).... qui a laissé des blessures béantes.

Deux personnes avec des rêves là aussi fort différents mais dont les buts sont identiques: fuir, couper avec ce passé et peut-être même, comme souvent, prendre une revanche sur ce passé!

       Ces deux personnes fondent une famille, avancent dans la vie, se découvrent l'une l'autre;

Comme pour tout le monde, la découverte de l'autre, au fil du temps, entraîne des déceptions: l'autre n’est pas parfait! des petits défauts apparaissent ! Mais là, le choix est de ne plus voir les qualités de l'autre: elles n'existent plus! l'autre n'est plus que "défauts", chaque petit travers est amplifié.

Ajoutons à cela que, comme pour tout le monde, les rêves ne se réalisent pas vraiment, surtout lorsqu'on les a basés sur la "REVANCHE"; l'autre devient celui qui est incapable de réaliser nos rêves!

On se positionne en "victime de l'autre", cet "autre" sur qui, progressivement, on fait glisser une à une chacune de ces rancœurs du passé qui sont devenues, insidieusement, le moteur de notre propre existence. Cet "autre" devient l'objet PRINCIPAL de TOUTES nos rancœurs, le seul responsable de nos souffrances, de nos échecs, de nos malheurs....et surtout, cet "autre", par la nouvelle position qu'on lui donne, nous permet d'entretenir, d'alimenter, d'amplifier notre moteur (la RANCUNE)

Tous les sentiments positifs du départ disparaissent peu à peu pour laisser place à: colère, mépris, rage, exacerbation, ...et surtout, DEPENDANCE, car l'autre est devenu (on l'a rendu) INDISPENSABLE: c'est lui maintenant qui alimente notre vie, c'est le rôle qu'on lui a assigné!

Et la vie s'écoule dans ce climat de souffrance immense! Ajoutez à cela les multiples bobos de la vieillesse....et j'ai envie de dire : QUEL FORMIDABLE GACHIS!

        Un film ancien, avec S. Signoret et J. Gabin (le chat) décrit merveilleusement l'histoire de ces couples qui finissent par ne même plus savoir pourquoi tant de hargne! Des couples comme ça, il en existe des tas. Je suppose que vous en connaissez!

        La vieillesse devrait être un moment de la vie où l'on se pose un peu, où l'on prend du recul, où l'on reprend contact pleinement avec l'essentiel: la nature, la beauté, la sérénité, l'Amour, Dieu; les vieux devraient être un havre de paix pour les jeunes! Même un couple comme "le chat" peut le devenir!

Pour cela il faut lâcher, abandonner, jeter, nettoyer le fond de son cœur; et je ne connais qu'une seule manière de le faire; on peut voir un psy pour se libérer au risque de devoir galérer jusqu'à trouver le bon. Le seul moyen qui permet à chacun de nous de se libérer de TOUTES les souffrances, aussi bien celles que l'on a subies que celles que l'on a infligées (et qui nous font très mal aussi sous forme de culpabilité), le SEUL c'est DIEU.

Une vie de rancœurs, de coups bas, de griefs NE PEUT PAS s'effacer d'un coup SAUF en entrant en communion avec Dieu, en vidant TOTALEMENT notre cœur, notre être tout entier, du plus petit traumatisme (mot à la mode) à la plus inavouable action; la difficulté ne réside pas dans l'action (s'isoler avec Dieu), mais dans l'idée que l'on s'en fait! en franchissant le pas, Dieu prend la relève, la direction. La libération, le soulagement, le bien être qui en découle est simplement indescriptible, mais bien plus que tout cela c'est l'AMOUR, LE VRAI, L'UNIQUE qui vous inonde qui est une merveille.

On se sent ENFIN "aimé" pleinement, totalement; on n'est plus "pareil" parce que l'on a tout donné (vidé) et que l'on est libéré, pardonné; et là, je ne vois aucun autre choix que "pardonner" et "aimer".

 

Celui qui blesse est en souffrance lui-même; ne réagissons pas avec violence!

 

Rien n'arrive JAMAIS par hasard ou gratuitement; ce que Dieu permet a une raison: peut-être nous montrer ce qui nous attend si nous ouvrons la porte à la rancœur?

Ne laissons AUCUN sentiment négatif entrer en nous, JAMAIS: nous ferons du mal et nous aurons mal!